Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   
De nombreux voyageurs passaient dans la poste aux chevaux de Saint-Georges-sur-Loire, venus de Paris, de Nantes ou d'ailleurs, des plus modestes aux plus riches. C'était l'époque où les marchands et aristocrates angevins prenaient la route vers Nantes pour embarquer vers les Colonies, ceux-là principalement vers Saint Domingue (maintenant Haïti). 

Vue du port de Nantes prise de la pointe ouest de l'île Gloriette, attribuée à Nicolas Ozanne. Dessin lavé à l'encre de Chine (Nantes, Musée Thomas Dobrée). Au centre : l'Île Feydeau.
Île Gloriette Nantes (Dessin lavé à l'encre de Chine attribué à Nicolas Ozanne.)

 

La famille Walsh propriétaire du château de Serrant à Saint-Georges-sur-Loire faisait partie des armateurs engagés dans le commerce triangulaire et  le sieur Fortier de Chevigné qui possédait un domaine tout près de ce château,  a lui aussi participé à la colonisation de Saint Domingue.
En parcourant les registres paroissiaux de Nantes, on apprend qu'avant 1767, Etienne Fortier a été major des milices à St Marc, île de Saint Domingue puis est devenu négociant à Nantes. ce qui signifie qu'il a participé au commerce lié à la traite des esclaves. De toutes façons, la proximité de sa propriété et celle des Walsh, laisse penser clairement à un lien entre eux dans ce commerce. Capitaines, armateurs et négociants prirent, dès le début de la traite, l'habitude de ramener à Nantes quelques esclaves pour leur servir de domestiques. C'est ainsi, sans doute, que mon ancêtre Magdeleine et sonfrère arrivèrent à St Georges, confiés à ce notable, peut-être ami de leur famille.  (cf article précédent)

Pour en savoir plus sur les relations entre l'Anjou et Saint Domingue lire les pages ci-contre : 1 - 2 - 3 - 4
 

 

Le château du Sieur Étienne Fortier à St-Geoges-Sur-Loire, tout proche du château de Serrant, à l'époque, demeure de la famille Walsh, dont bon nombre de leurs membres sont présents à Saint Domingue.

 

En feuilletant le fonds Freslon (relevé des naissances, mariages et décès des notables de la région, effectué à partir des registres paroissiaux par le Vicomte Freslon), on est, en effet, frappé par le nombre impressionnant de familles nantaises qui ont participé de loin ou de près à la colonisation aux XVII et XVIIIèmes siècles. Nous y retrouvons trace de quelques actes concernant les mariages des filles du Seigneur Fortier de Chevigné : Marguerite Madeleine Perrine (née environ 1756), Marie (née 1757 dcd 1761 à St Georges sur Loire), Jeanne Madeleine (née environ 1758), Madeleine Emilie (née 1761), Gabrielle Pauline (née 1765 à St Georges sur Loire) ... Sur ces actes, on trouve trace des fonctions qu'il a exercées. Ainsi, nous apprenons qu'il est en 1778 et 1781 jusqu'à sa mort en 1788 «Conseiller secrétaire du Roi maison couronne de France». On apprend sur l'acte de mariage de sa fille Jeanne Madeleine, qu'il a demeuré « au lieu dit de la Fosse » à Nantes, endroit d'où partaient les bateaux vers les îles et où se situaient les résidences des armateurs et des marchands.
 

 

- Savennières, le berceau de mes ancêtres

- Mes ancêtres maîtres de poste

- La vie au relais de poste de Saint-Georges/Loire

- Philippe, le frère du maître de poste

- Le Sieur Fortier : de l'Anjou à Saint Domingue

- Magdelaine, mon ancêtre de Saint Domingue

- Les descendants de Magdeleine au pays chouan

à suivre 

  A découvrir  dans l'onglet "Pages" en haut de la page, les liens vers les pages Saint Domingue et l'Anjou  

Tag(s) : #Saint Domingue et l'Anjou, #Esclavage, #Magdeleine

Partager cet article

Repost 0