Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Pour le choix de l'article destiné à la lettre K, j'ai tout de suite pensé à une très ancienne trouvaille. Une Catherine native de Haguenau au tout début du XVIIIème siècle se marie avec un porteur de mon patronyme paternel. Selon les actes, les officiants (dyslexiques?) écrivent le nom sur l'acte de façon différente. Ce patronyme est si rare, du moins dans l'ancienne France qu'ils ne pouvaient qu'utiliser une écriture plutôt phonétique. Certes à cette époque, l'orthographe n'était pas fixée, encore moins celle des noms, mais les écritures utilisées de ce nom n'avaient pas la même prononciation!

 

   

Catherine Keverlot se marie avec Nicolas Sortant descendant, comme nous, de François Sortant (†1639) et Jehanne Maugrain ( †1635) : ceux-ci sont des ancêtres à la 4ème génération de Nicolas et des ancêtres à la 11ème pour nous.

Il est issu d'une branche collatérale, celle de Nicolas, frère de Thomas, mon sosa 1024, tout comme Julien qui a été le sujet de mon RDVAncestral de février. Il est donc leur arrière-petit-neveu.

Le mariage de Nicolas et Catherine a eu lieu le 7 janvier 1727, à Savennières.

Le septième jour de janvier Mil sept cent vingt sept apres la publication des bans 'entre les partyes cy après denommées faites par trois jours de fêtes et dimanches dans cette eglise pendant nos messes solemnelles sans qu'il se soit trouvé aucunne opposition ny empêchement venu à notre connoissance. ayant obtenu pouvoir de Monsieur Babin vicaire general de Monseigneur l'évêque d'angers, en datte du 6 janvier 1727, signé Babin; de marier Catherine Kêverlot , attendu quétant né à Haguenaw, ville de la basse alsace; et ses père et mère etant sorty de leur pays et venu au port Loüis, y seraient, sans que nous vissions de certificats valables de leur mort et du baptême de la ditte catherine. nous etant assurés selon notre pouvoir de sa catolicité, nous avons fiance et epouzé en face d'eglise nicolas sortant âgé de vingt trois ans, fils de Nicolas Sortant laboureur, et de Louise Pinpeau ses pere et mere d'une part avec la ditte catherine Kêverlot âgée d'environ vingt un an suivant ce qui nous a paru, fille de deffunct Pierre Kêverlot charpentier et de deffuncte Sazanne Alverce, ses pere et mere, tous deux de cette paroisse d'autre part. ont eté presents et consenty à la celebration de ce mariage, les parents du côte de l'epoux, nicolas Sortant pere, rené et louise Sortant frere et soeur. Thomas et Julien Vetelé, et Jean boistulé, cousins, françois Sortant, cousin germain

Du côté de l'epouze Marie et Anne Kêvrot, soeurs, qui sont domestiques.

nicolas gautier marchand fermier et tonelier qui à recu en sa maison à La Loger la ditte catherine Kêvrot   sa soeur pour lesquelles il à eu une charité pere, et luy à toujours eüe depuis neuf ans. anne esseul, femme de charles porcher, boucher, chez qui demeure anne Kevrot, soeur de la ditte catherine Pierre Belanger compaignon tonelier demeurant chez le dit sieur gautier, dont plusieurs ont dit ne savoir signer, excepté les soussignés.

   

A la lecture de l'acte de mariage, on relève pas mal d'informations sur la mariée et ses soeurs orphelines dont on apprend qu'elles sont parties de Haguenau avec leurs parents dont on n'a aucun acte, ni pour elles! Se sont-ils enfuis de cette ville?
 
Ils sont venus au port Loüis. Je n'ai pas trouvé d'information sur ce port; il en existait un à Lorient, mais il semblerait plutôt pour celui-ci qu'il se situe dans la région. Sont-ils partis de Haguenau alors que le calme semblait être revenu dans leur région d'origine? Un conflit de religion entre protestants et catholiques durait-il encore là-bas? Étaient-ils protestants? Le doute ne semble pas effleurer le curé.
On pourrait éventuellement rapprocher cela d'un événement qui s'est déroulé ici en 1214 :  une bataille opposant les Plantagenêt aux troupes royales où Jean sans Terre qui tenait le château de La Roche-aux-Moines fut battu par les troupes royales du Prince Louis, fils de Philippe Auguste. Est-ce qu'à la suite de cela on aurait pu appeler un lieu tout proche le port Louis? Pas de réponse pour l'instant?
Mais peut-être est-ce Port Louis à l'île Maurice? Et on peut comprendre en lisant l'acte qu'ils "y seraient" encore mais qu'on ne sait pas ce qu'ils sont devenus!
Beaucoup d'autres questions se posent.
Ou si ma dernière hypothèse est la bonne, ont-ils voulu participer à la colonisation de cette île? Mais pourquoi auraient-ils laissé leurs enfants à Savennières?
On voit aussi dans cet acte qu'elles ont été recueillis par des habitants du village. leur ont-ils confié leurs filles? Comment se fait-il que les personnes qui les ont accueillies n'en savent pas plus ou ne veulent en dire plus? Ces fillettes erraient-elles après cet événement?

On voit aussi dans cet acte que le curé Joseph Halnault a écrit le nom Kêverlot sur la première page, puis trois fois Kêvrot sur la deuxième!

Sur les actes de naissance de ses enfants le nom est écrit de façon différente par la même personne, le curé J. Halnault!
Au baptême de Marie Thérèse, leur fille aînée en 1730, le curé F. Halnault écrit le nom de sa mère : Cheverlot et à sa sépulture un mois plus tard : Keverlot.
Au baptême de Louise SORTANT, J. Halnault écrit : et à sa sépulture en 1731, F. Halnault écrit : Kinverlot.
Au baptême de Nicolas SORTANT en 1733, ce même curé F. Halnault écrit : Quinverlot et à sa sépulture en 1740 un autre prêtre nommé Mérand écrit : Quêverlot.
Au baptême de Jeanne SORTANT en 1735, c'est J. Halnault qui écrit Quinverlot.
Au baptême de François SORTANT en 1743, le curé Joseph Halnault écrit quelque chose qui ressemble à Quenverlot ou Querverlot et en 1745 à la sépulture le prêtre nommé Menault écrit Quesbrot (il faut noter que dans certaines calligraphies le b ressemble à un v).
   

capture de la graphie du nom au baptême de François
Au mariage de Marguerite SORTANT en 1777 à Angers, Le nom de la mère défunte est écrit Quinverlot.
 
J'imagine que ces prêtres avaient beaucoup de difficultés sans doute à prononcer ce mot, ou l'accent de la région d'origine de Catherine était difficile à retranscrire. Comme elle-même ne savait pas écrire, et que son acte de naissance et celui du décès des parents manquaient aux curés, ils n'avaient aucun modèle pour le copier.
 
 
Print Friendly Version of this pagePrint Get a PDF version of this webpagePDF
Tag(s) : #Challenge AZ 2017, #Généalogie paternelle

Partager cet article

Repost 0