Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Neuville est le village le plus proche de Brain-sur-Longuenée. Situé à l'Est de Brain, les habitants se connaissaient et avaient établi des liens, comme j'ai pu le constater dans un certain nombre d'actes notamment pour la famille Behier, dont la fille Perrine est devenue l'épouse de Jean Guilleu, mon Sosa 576. Leur moulin était tout proche des limites des terres brainoises vers Neuville.

La Beuvrière à Neuville

La Beuvrière située sur le territoire de Neuville était toute proche de Brain-sur-Longuenée.
A cette époque, les seigneurs d'Orvault résidaient au manoir à la Beuvrière. Dans un autre article, j'ai déjà noté que le moulin de mes ancêtres meuniers à La Quenouillère de Brain-sur-Longuenée est devenu en 1651, la propriété de Anne Avril, veuve de René d’Orvault, seigneur de la Beuvrière. A environ 1 km de Brain-sur-Longuenée, existaient sur l'étang de la Beuvrière, un moulin à eau et un moulin à vent proche l'un de l'autre, propriétés des seigneurs de la Beuvrière.
Le nom de ce domaine vient probablement de cet "étang qui servait d’abreuvoir à de nombreuses fermes. L’ancien manoir était entouré de douves il encerclait une cour carrée avec un puits au milieu" écrit Jean Poussin sur son site.
 
Selon Jean Poussin encore, qui s'appuient sur de nombreuses sources d'archives, les seigneurs de la Beuvrière qui dépendaient de Neuville se tournaient aussi vers Brain-sur-Longuenée; dès 1627, ils "reçoivent les sacrements et assistent aux offices en l’église de Brain", ce, "en cas nécessité et avec l’accord du curé de Neuville". Mais vers 1702, le chemin vers Neuville était impraticable à cause des trous, endommagé par les pluies incessantes des dernières années1 et probablement inondés par les débordements des nombreux ruisseaux qui parcourent Brain et Neuville et rendaient les terres marécageuses. L'évêque décide alors que la Beuvrière ferait désormais partie de la paroisse de Brain.
C'est d'ailleurs dans ces années-là que mes ancêtres Jean Guilleu et Perrine Behier quittent Brain pour Neuville avec Jean et Joseph leurs fils.

 

Grez et Neuville

La commune actuelle de Grez-Neuville qui s'étend de chaque côté de la Mayenne était autrefois deux villages différents. Grez, appelée au moins jusqu'à la fin du XVè siècle, Grez-sur-Mayenne, se situait sur la rive gauche de la Mayenne et Neuville sur l'autre rive. En 1462*, les deux villages "étaient reliés par un pont, mais dont on ne sait pas quand il a été construit, et qui fut détruit avant 1576.
Dans une thèse sur Le doyenné de Candé, M. Pecha écrit que «Le peuplement se développe autour d’un prieuré de Saint-Serge à la suite de la donation d’une chapelle, dédiée à saint Jacques ... par Radulfus de Gré avant 1119.» D'ailleurs «le site sur la Mayenne … était propice à une implantation humaine.» Mais «le rattachement à Neuville de Gré » n’était pas envisageable « en l’absence de pont pour relier les deux rives et obstacle insurmontable à la fréquentation de l’église paroissiale par les habitants de la rive droite.» écrit-il encore.
Toujours selon M. Pecha, à l'époque, la paroisse recouvre presque toute la partie de la commune actuelle. «La limite de l'est suit la Mayenne, le sud le ruisseau de la Vinière, puis le front de défrichement de la forêt de Longuenée, puis le ruisseau et le domaine de la Beuvrière vers Brain-sur-Longuenée, la limite nord avec Le-Lion-d’Angers étant moins nette.»
 
Pour passer sur l'autre rive, de Neuville à Grez, on n’avait « alors d’autre solution que le recours à un bac, dangereux puisqu’il coula à plusieurs reprises" nous explique Wikipedia.
Célestin Port en 1874, écrit que «les plans sont approuvés, l'emplacement choisi, les fonds prêts, grâce à des subventions communales et … cotisations volontaires, pour jeter un pont de quatre travées de fer.» Il fut construit en 1880.
 
Collection personnelle

Mayenne ou Maine ?

Les bateaux remontant la Mayenne jusqu'à Angers s'arrêtait au port de Grez après être passé au Lion d'Angers. De nombreux Guilleux ont été voituriers par eau, ceux de branches collatérales et d'autres descendants de ma branche.
   
  • Joseph1 Guilleux, né en 1781 à Thorigné d'Anjou (Génération 4 descendante à partir de Joseph Guilleu et Madeleine Marquis ses arrières grands-parents donc Génération 1)
    a été meunier, maître marinier et voiturier au moulin de Varennes où l'avait été son arrière grand-père. Ses cousins ont été meuniers à Montreuil, une autre lignée au Bourg d'Iré et à Noëllet. Joseph2, mon sosa 36 est son cousin; le premier, fils de Joseph et mon ancêtre, fils de Jacques.

  • Louis Guilleux, le fils de Joseph1, né à Grez-Neuville en 1802 a été lui aussi marinier (Génération 5 descendante à partir de Joseph et Madeleine)

  • Louis Guilleux, fils de ce dernier, né à Grez-Neuville en 1822 a aussi exercé cette profession (Génération 6 descendante à partir de Joseph et Madeleine) 

Cette branche collatérale a transmis sa profession de génération en génération et pour la plupart l'ont exercée à Grez-Neuville.
                
  • Louis Guilleux, né en 1828, fils de mon sosa 36, Joseph2, a été voiturier par eau. (Génération 5 descendante à partir de Joseph et Madeleine)

Le trafic était important à l'époque sur cette rivière qui remontait jusqu'à Angers.
Célestin Port la nomme la rivière la Maine! Il écrit en 1874 qu'à cet endroit "sur la Maine, se rattachant par un fort barrage à la rive, l'ancien moulin, comme entouré d'une large retenue d'eau vive, est actuellement en pleine reconstruction"
En 1781, certains auteurs affirment qu'«elle ne serait que la dénomination locale de la Mayenne sur la partie angevine de son cours, entre Château-Gontier et la Loire» et que « l'hydrotoponyme « la Maine » concernerait un parcours de 53 kilomètres.»
D'ailleurs, le village de Montreuil-sur-Maine2 n'est-il pas situé sur le cours de la Mayenne? fait remarquer Wikipedia.
Celestin Port rapporte aussi l'existence à Grez, fin du XIXè siècle, « sur une écluse d'un moulin à huile et à farine animé par deux roues hydrauliques»
Collection personnelle

Des moulins existaient déjà sur cette rivière au XVème siècle :

Sur Gallica, on trouve un aveu de 1462 de Pierre d'Avaugour au Comte de Laval, énumère "îles", "moulins" et "pescheries" de Neuville.
 

Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne  1921  (S2 -T37)
 

On voit bien sur la carte de Geoportail ci-dessous les îles de la Mayenne à Grez-Neuville.

(1) voir article B comme Brain-sur-Longuenée - 2

(2) village en aval de Grez-Neuville

* page Wikipedia : leur source est visiblement "l'aveu rendu au Comte de Laval ... par Pierre d'Avaugour" que j'ai inclus dans mon article à partir de Gallica

 

Sources : - Michel Pecha a déposé sa thèse "Le doyenné de Candé aux XIe et XIIe siècles : Organisation de l'espace et structures sociales"   -  sur le site Archive ouverte HAL

- Gallica : Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne  1921  (S2 -T37)

Tag(s) : #Grez-Neuville, #Anjou, #Challenge AZ 2016, #Guilleux, #meuniers, #Moulins

Partager cet article

Repost 0