Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moulins sur la Mayenne à Château-Gontier

La Mayenne est une rivière qui prend sa source dans l'Orne au Mont des avaloirs, et traverse ensuite les départements de Mayenne et du Maine-et-Loire. Elle reçoit un grand nombre de rivières qui constituent le plus important réseau fluvial affluent de la rive droite de la Loire.

"Après sa naissance au pied du mont des Avaloirs à 344 mètres d'altitude, la Mayenne coule d'est en ouest jusqu'à Sept-Forges, pour ensuite prendre une direction nord-sud. Elle entre en Maine-et-Loire près de La Jaille-Yvon, et reçoit un de ses plus gros affluent, l'Oudon, au-dessous du Lion-d'Angers. Au-delà de Cantenay-Épinard, elle conflue avec la Sarthe, grossie du Loir, et forme l'île Saint-Aubin en amont d'Angers. La réunion des deux cours d'eau donne naissance à la Maine qui passe à Angers et à Bouchemaine avant de se jeter dans la Loire à la Pointe." (Wikipedia)

Ses principaux affluents sont (d'amont en aval) :

l'Aisne, 27,2 km, la Gourbe, 24,4 km, la Vée, 23,7 km, la Varenne, 59,9 km, la Colmont, 50,4 km, l'Aron, 35,9 km, l'Ernée, 65,3 km, la Jouanne, 58,5 km, le Vicoin, 46,7 km, l'Ouette, 35 km, et l'Oudon, 103,3 km

Les moulins sur la Mayenne de Château-Gontier à Angers :

Château-Gontier

Il existait autrefois de nombreux autres moulins, mais la plupart furent détruits en 1858 pour faciliter la circulation des bateaux.

Moulin de Mirvault
Moulin à farine jusqu'en 1890, Mirwault est loué à partir de 1891  puis, en 1898, utilisé comme moulin à huile par le meunier du moulin Pendu. Le moulin s'arrête en 1914. Vers 1935, il est remis en marche puis il est arrêté, définitivement en 1955.

Moulin de Pendu

Le 17 septembrre 1991, le moulin de Pendu était abattu «le moulin était devenu beaucoup trop dangereux»,  et notamment pour les usagers de la rivière, comme les promeneurs en pénichettes. «La toiture était en très mauvais état». Les pigeons avaient élu domicile dans le moulin. "Extrait du journal Haut Anjou"

 

Ménil

Bressac était un moulin à farine, supprimé en 1867 à la suite des travaux de canalisation de la Mayenne.
Le moulin de la Gourre, appartenant à la famille CHARRON*, cesse, lui, de fonctionner seulement en 1956.
Le moulin du Gué, lui, arrête de fonctionner  au début des années quarante.
Bressac, le Gué et la Gourre, tous les trois occupés au XVIIIè siècle par la famille DESCHERES et sa descendance.

  passage à l'écluse de Ménil
Plusieurs autres moulins existaient à Ménil:
la petite Roche, la grande Roche et le moulin
de la Bavouze.

        

La Jaille-Yvon

Un moulin existait déjà au XVè siècle; il est détruit vers 1863 et on y construit un nouveau moulin à farine qui fonctionnera jusqu'au début des années 1970.
 
Il est occupé par la famille DESCHERES à la fin du XVIIè siècle et au tout début du XVIIIè siècle.

 

Chambellay

Le moulin de la Roche
 
Deux moulins existaient à la Roche avant 1710. Les moulins de la Roche sont vendus en 1810 par Joseph Richou.
Le grand moulin, construit en 1868 se transforme en 1921 grâce à une machine à vapeur et en 1943 il est électrifié. Il fonctionne jusqu'en 1960.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
Michel GUILLEUX fils de Joseph et Marie BURGEVIN et Joseph fils de Mathurin GUILLEUX, le premier en 1775, et le second en 1819.
            Des membres de la famille SOREAU y ont vécu   
            aussi dans la première partie du XVIIIè siècle.
 
Le moulin neuf
Complémentaire du moulin de la grande Roche au début du XVIIè siècle, il appartenait à la famille Richou qui les a vendus en 1810 à François Lemoine*, foulonnier demeurant au moulin de Chauvon.
 
*source : base Mérimée
 

 

Le moulin du petit et celui du grand Charray
Ces moulins n'existent plus.
Seul, le lieu -dit, est encore présent sur la rive gauche de la Mayenne.
 
 
 
 
 

Michel BURGEVIN et Marie OLIVIER y ont vécu au tout début du XVIIIè siècle et leurs enfants ainsi que Jacques leur arrière petit-fils.
            Jacques et Michel GUILLEUX, fils de Joseph et 
           Marie BURGEVIN y ont travaillé de nombreuses
           années à la fin du XVIIIè siècle.

Montreuil-sur-Maine

Le moulin du rideau de la saulaie

Deux générations des familles COCHIN et SOREAU y ont travaillé dans la deuxième partie du XVIIIè siècle.

 

 

 

 

Le moulin de l'écluse

Avant 1858, existait un moulin très ancien. A cette époque, il est entièrement reconstruit. Il fonctionnera encore au début du XXè siècle.

 

 

Thorigné d'Anjou

Le moulin du Rideau Minet

La rivière Mayenne forme un bras à cet endroit et enserre une île en face de Montreuil-sur-Maine; de l'autre côté de celle-ci, est installé le moulin du Rideau Minet. Il existe, maintenant au Rideau Miné, une chambre d'hôtes.

Une arrière-petite fille de Michel BURGEVIN et Marie OLLIVIER y est née.
La famille est en grande partie restée à Montreuil et Thorigné.
 

 

 

Le moulin de Chauvon

Un moulin fonctionnait sur la rive gauche comme l'indique le plan ci-contre
Un autre plus petit lui faisait face sur le territoire du Lion d'Angers, probablement celui qui a été détruit en 1859 tout comme celui de Ragon.
On y trouve Michel BURGEVIN fils de Michel et Marie OLLIVIER dans la première moitié du XVIIIè, des FRANCOIS descendants de Madeleine Marquis par une des branches et de Michel Burgevin et Marie Ollivier par l'autre, dans la seuxième moitié du XVIIIè.
 

Le moulin de Varennes

Faisant face à l'isle Briand située au Lion d'Angers, le moulin dépendait de Thorigné-d'Anjou.
Joseph COCHIN, petit-fils d'Etienne COCHIN meunier à Ragon y vivait en 1854
De nombreux meuniers issus de la famille GUILLEUX depuis Joseph, époux de Madeleine Marquis au tout début du XVIIIè, y ont travaillé.
Plusieurs articles, ici, y font référence :
        

Le Lion d'Angers

 

Le moulin de Ragon

Ce moulin a été détruit en 1859.
 
 
Etienne COCHIN y travaille à partir de 1754 environ. Il sera le grand-père de Perrine Burgevin, épouse de Joseph Guilleux.
Son fils Louis COCHIN y demeura à son tour.
 

      

Grez-Neuville

Les moulins de Grez

Trois moulins ont fonctionné au bourg de Grez-Neuville.
Un petit moulin datant du 18e siècle dont on aperçoit ici une roue à aubes extérieure, est à ce jour, disparu.
Un autre se situait au milieu de la rivière, il a été détruit en 1867.
C'est peut-être dans ce moulin que sont arrivés les GUILLEUX de Brain. Cette branche y a vécu jusqu'environ 1750.
 
Le Grand moulin est une construction de 1874 à l'époque de l'agrandissement des moulins sur la Mayenne.C'est à cet endroit qu'existait auparavant les moulins datant d'avant le XVIè siècle (voir article).
Des descendants de Michel BURGEVIN et Marie OLLIVIER y ont vécu sur plusierus générations. La famille SOREAU qui s'alliera un peu plus tard avec la famille RICHOU.
                
 

La Membrolle-sur-Longuenée

Le moulin de la Roussière
C'était, au XIXè, un moulin industriel construit comme la plupart d'entre eux au XIXè siècle.
 
Il a été détruit par un incendie en 1918 à la place duquel on a construit une maison.
 

 

La famille RICHOU en a été le principal exploitant.  Alliée à la famille SOREAU
        par la branche de Mathurin déjà présent à la   
        Roussière au tout début  du XVIIIè.
          

Feneu

Le moulin de Sautré

Des éléments de ce moulin daterait du moyen-âge. Pour le reste, il daterait du XVIIIè siècle. Le Grand moulin "implanté sur une digue d'origine médiévale" a été amélioré au XIXè et au début du 20e siècle.
 
Le petit moulin
datant des 17e siècle, 19e siècle et 20e siècle.
 
A noter qu'il apparaît, sur le cadastre napoléonien, un moulin à vent dénommé "moulin de Sautret".
Les GUILLEUX de  la branche de Joseph et Marie Burgevin étaient présents à Sautré tout au long du XVIIIè siècle; ils ont cotoyé les FRANCOIS et RICHOU.

 

 

 

vestiges du grand moulin

 

Montreuil

Le moulin de Bel-Air

 
De nombreux moulins à eau et à vent étaient installés au bord de la Mayenne :
 

Marie GUILLEUX fille de Joseph et Marie Burgevin et son époux François RICHOU qui sont à l'origine de la longue lignée des RICHOU, meuniers, industriels, banquiers et élus, ont été meuniers à Montreuil dans la 2è partie du XVIIIè siècle. Pierre BURGEVIN beau-frère de mari y travaillait à la même époque.

Voir : La famille Richou : "De la meunerie à la banque"

Une aciérie havraise a racheté une petite entreprise

qui utilisait la force motrice du moulin à eau en 1922

et s'est rapidement développé jusqu'à transformer

le village en agglomération importante,

d'où la fusion de Montreuil-Belfroy

avec la commune de Juigné-Béné, renommée

en 1973  "Montreuil-Juigné".

 
 
Sources : «Faim de Pain» de l'Association Présence du Haut-Anjou, AD 49, Cadastre, Base Mérimée
Tag(s) : #Mayenne, #Moulins, #Challenge AZ 2016, #Rivières, #meuniers, #Anjou

Partager cet article

Repost 0