Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon sosa 36

Joseph Guilleux, mon sosa 36, est né le 28 décembre 1783, à Chambellay, une paroisse sur la Mayenne située au nord du Lion-d'Angers, dans le village du petit Charray où ses parents, Jacques Guilleux et Marguerite Granger demeuraient. A cette époque, une partie importante de cette famille de meuniers est regroupée dans ce village et participe à une même activité en tant que meuniers ou marchands meuniers. Joseph lui-même deviendra meunier à son tour, puis marchand meunier, à la Himbaudière sur le territoire du Lion-d'Angers d'abord, jusqu'à son second mariage.
 
Village d'Andigné
 
Veuf en 1812, il se remarie, le lundi 10 juillet 1820 à Andigné, avec Jeanne Metral (°1791), mon sosa 37, native de ce village, fille de feu René Metral et de Perrine Porcher. Elle est fileuse. Sont témoins : - Pierre Guilleux, marchand meunier à La Chapelle sur Oudon, 58 ans, oncle de l'époux - Jacques Poidevin, propriétaire à Andigné, ami de l'époux, 32 ans - Jean Porché du Lion d'Angers, 40 ans - Jean Tourneux d'Andigné, 36 ans, beau-frère des époux.
 
Ce couple aura neuf enfants :
  • Marie Jeanne naît le lundi 6 novembre 1820 à Andigné. Témoins : Jean Porché, 46 ans, et Jean Tourneux, 36 ans, tonnelier, oncles maternels.
  • Joséphine Jeanne est née le samedi 3 novembre 1821 au domicile de ses parents «Le Moulin Neuf» à Andigné. Témoins à la déclaration de naisance : Jean Tourneux oncle maternel, 40 ans, cabarettier et Gervais Rapin* marchand meunier, 66 ans, ami du père.
  • Joseph René , le samedi 9 novembre 1822, naît à Andigné. Témoins déclarants : Jean Tourneux, 38 ans, tonnelier et Jean Porcher, 48 ans, cultivateur, tous les deux oncles maternels.
Cette année-là, le père de Joseph, Jacques, mon sosa 72, meurt au Lion-d'Angers au moulin de Besneau, le 6 avril. Joseph est âgé de 38 ans.
               
  • Jacques Gervais, mon sosa 18 voit le jour le 15 mai 1824 à Andigné. Témoins : Jean Tourneux oncle et Gervais Rapin*, 20 ans, ami du père.
  • Des jumeaux, Jean Gabriel et Jeanne Mathurine voient le jour le vendredi 20 janvier 1826 à Andigné. Ils ont pour déclarants : Pierre Burgevin*, 25 ans, meunier à «La Himbaudière», beau-frère du père du Lion d'Angers et Jean Boré, ami du père à Andigné.
  • Louis Mathurin naît le lundi 4 août 1828 à Andigné au Moulin Neuf de St Thenis*, domicile de ses parents. Les déclarants sont Pierre Burgevin cousin et beau-frère, meunier à «La Himbaudière», 28 ans et Jean Tourneux, oncle maternel, 47 ans.
  • Dominique François naît le 4 août 1832 à Chazé-Henry. Son père est propriétaire meunier au bourg de Chazé. Les déclarants sont le père, un menuisier propriétaire au bourg, Mathurin Placé dit cousin de l'enfant, et Jean Edelin domestique meunier, 25 ans.
  • François Auguste voit le jour le 27 janvier 1834 à Chazé-Henry. La déclaration est faite devant le maire François Granger, parent de Joseph Guilleux. Les déclarants sont François Granger*, 36 ans, maréchal taillandier au bourg et cousin de l'enfant; Mathurin Placé*, 46 ans, menuisier au bourg et aussi cousin de l'enfant.

Meunier à Chazé-Henry

C'est peu après le décès de sa mère, Marguerite, le 28 juin 1832, que Joseph et sa famille de Joseph quitte Andigné pour Chazé-Henry. Quand ils arrivent à Chazé, Joseph l'aîné des garçons a 10 ans, Jacques seulement 8 ans, Jean Gabriel 6 ans et Louis, 4 ans seulement. Agé de 48 ans, Joseph peut alors devenir propriétaire d'un petit moulin dans le bourg de Chazé-Henry; celui-ci se situait "au flanc d'une roche dominant ... un vaste étang", lequel fut asséché en 1850", "en aval" du pont de pierre" nous décrit Célestin Port. Il ajoute que deux moulins existaient, dont le dernier (celui de mon ancêtre) "fut détruit en 1849". A la révolution, le décret du 14 frimaire an II sur l'assèchement des étangs de la République fut à l'origine de la disparition des petits meuniers; beaucoup d'entre eux se sont battus pour préserver leurs intérêts. Mais le nombre des moulins a commencé à décliner, puis le rythme s'est accéléré jusqu'à la fin du siècle jusqu'à ce qu'ils soient remplacés par quelques minoteries.   

Sur le cadastre napoléonien, on remarque justement l'emplacement de ce moulin sur le ruisseau alimenté par l'étang et un peu plus loin sur le côteau dominant l'étang, le moulin à vent des Grées, vers le sud-est faisant face à la Gasneraie un village où ont demeuré des membres de la famille Guilleux. L'étang est alimenté par deux ruisseaux, l'un venant du sud nommé la Mare Soreau* (à noter qu'une famille alliée de la famille Guilleux a porté ce nom, il serait intéressant de rechercher l'origine de ce nom) et l'autre venu de la forêt d'Ombrée portant le nom de ruisseau de l'Étang Gérard.
Notez que les deux ruisseaux se rejoignent pour alimenter l'étang Gérard et l'étang de Chazé; ils sont à l'origine du ruisseau de l'Étang de Chazé, traversant le bourg et qui va se jeter dans l'Araize au nord de la commune, elle-même petite rivière du Nord-Ouest de l'Anjou et affluent de l'Oudon.

Les moulins

Avant son premier mariage, Joseph est meunier à «la Himbaudière», au moulin de son cousin Pierre François Burgevin et de sa femme Perrine Cochin. Ce moulin est situé sur l'Oudon, à l'endroit de l'arrivée de cette rivière sur le territoire de la commune du Lion d'Angers. Quand il épouse leur fille, dont les parents sont décédés, il prend leur succession avec son beau-frère, Pierre Burgevin.

L'ancien moulin de la Himbaudière

Après son deuxième mariage, il habite à Andigné «Le moulin neuf de Saint Thenis», un moulin construit tout récemment vers 1819; il y travaille de 1821 à 1828 et peut-être 1832 où il part pour le moulin du bourg à Chazé-Henry.

Les vieilles tours du château de Saint Thenis                      Collection personnelle

 
Après presque 15 ans passées au moulin du bourg à Chazé, Joseph devient le meunier de «la Haute Bergée»* au Bourg-d'Iré, un moulin située entre cette commune et celle de Combrée, sur la Verzée.
 
Joseph GUILLEUX décède le lundi 16 décembre 1850, à l'âge de 66 ans, en son domicile, le moulin de la Haute Bergée au Bourg-d'Iré, la déclaration a été faite le surlendemain. Son épouse est alors âgée de 59 ans. Les déclarants sont : Joseph Guilleux, son fils, meunier de 28 ans, domicilié dans cette commune et Pierre Dupont* propriétaire âgé de 65 ans, cousin de Joseph domicilié au Tremblay.
Jacques, mon sosa 18, est alors âgé de 26 ans.
 
Son fils Jean est, lui aussi, garçon meunier au moulin de Beaumé à Noëllet*.

Ses enfants : les meuniers et les autres

François Auguste Guilleux, 22 ans, voiturier, épouse, le 22 avril 1856 à Vergonnes, Victoire Baslé, couturière, 28 ans. Présents : Joseph Guilleux, son frère, 33 ans, de Noëllet et Louis Guilleux, aussi son frère, de Vergonnes. Joseph et François signent, pas Louis.
 
Trois filles naissent de ce mariage :
  • Le 5 février 1857 est née Victoire Marie Guilleux; est présent un oncle maternel et François Rebour, 30 ans, charon, oncle paternel par alliance, de Combrée. Elle est décédée le 5 octobre 1957 à l'âge de 8 mois, à la Garenne, Vergonnes.
  • Le 25 novembre 1860 est née Eugénie Joséphine Guilleux à Vergonnes.
  • Le 7 mai 1862 à Vergonnes est née Louise Marie Guilleux. Louis Guilleux accompagne le père pour la déclaration à la mairie.
 
Dominique Guilleux est célibataire. Sellier-bourrelier à Combrée, il demeure probablement avec sa mère. Les sieurs Coué et François Poitevin viennent déclarer son décès le 31 juillet 1857, survenu la veille; il était âgé de seulement 25 ans.
 
Louis Mathurin Guilleux, devenu bûcheron, épouse le 15 février 1863 à Vergonnes, à l'âge de 35 ans, Marie Vieille, âgée de 22 ans demeurant à Vergonnes dont le père est aussi bûcheron. Sont présents au mariage : François Guilleux, 29 ans, de Vergonnes et Joseph Guilleux, 41 ans, de Chazé-Henry, frères de l'époux; François Vieil maréchal, 44 ans, oncle de l'épouse. Joseph et François signent.
  
  • Un garçon nommé Louis est né vers août 1864 ... et décéde le 16 avril 1865 à la Bellangeraie chez la veuve Marie Vengeant à l'âge de 8 mois.
  • Naissance d'un autre garçon nommé Louis Auguste, le 3 mai 1867 à Chazé-Henry. Louis Guilleux est journalier, âgé de 38 ans .
 
Joseph René Guilleux, devenu journalier, 42 ans, épouse le 18 avril 1864 à Chazé-Henry, Marie Jeanne Hunault, journalière, âgée de 20 ans. Sa mère, Jeanne Metral âgée de 73 ans, est présente. Sont présents : Amand Bouteiller, 43 ans, beau-frère de l'époux; Jean Guilleux, son frère, 38 ans, meunier au moulin de Beaumé à Noëllet; François Blot, 24 ans, de Nantes, cousin germain de l'épouse; Alexis Vallée,24 ans, cultivateur .
 
  • Un fils, prénommé Joseph François, naît le 18 novembre 1865.
Jean Gabriel Guilleux lui est resté célibataire; il a été le témoin au mariage de son frère François en 1864. Le 28 février 1871, il décède à Noëllet, âgé de 43 ans. Déclarants : Joseph Guilleux, 48 ans, meunier de Combrée; Jacques Guilleux, 46 ans, meunier de Chazé-Henry, tous les deux les frères de Jean. Il est décédé au domicile du sieur Arthur Louis au moulin de Beaumé où il était domestique meunier. Sa mère est toujours vivante, âgée de 80 ans, sans profession et demeure à Combrée.    
 
Le 3 juin 1884, Joseph, farinier, décède en son domicile au bourg de Chazé-Henry, à l'âge de 62 ans. La déclaration est faite le lendemain, par son frère Jacques, qui est devenu journalier, du Bourg d'Iré et par Jean Hunault, carrier. Ce sera le dernier des meuniers de notre lignée Guilleux.
   

De la meunerie aux métiers précaires

En 1850 Joseph René Guilleux, 28 ans, meunier au Bourg d'Iré.

En 1856, François Auguste Guilleux, 22 ans, est voiturier à Vergonnes.

Son frère, Joseph Guilleux, âgé de 33 ans, domestique meunier à Noëllet.

Louis Guilleux, aussi son frère, 27 ans, voiturier à Vergonnes.
Dominique Guilleux, 23 ans est sellier-bourrelier à Combrée.
 
En 1863, Louis Guilleux est devenu bûcheron, dont le travail était assuré avec les forêts toutes proches : celle d'Ombrée, celle de Chanveaux et de nombreux bois alentours.
 
En 1864, Joseph René, 42 ans, est devenu journalier tandis que son frère, Jean Guilleux, 38 ans, est meunier au moulin de Beaumé à Noëllet.
 
En 1867, Louis Guilleux, 38 ans est journalier.
 
En 1871, Jean Guilleux, son frère, 38 ans, garçon meunier finit ses jours au moulin de Beaumé à Noëllet et son frère aîné Joseph Guilleux, 48 ans, est meunier demeurant à Combrée tandis que Jacques Guilleux, (mon ancêtre) aussi meunier, 46 ans, qui demeure à Chazé-Henry, deviendra journalier par la suite au Bourg d'Iré.
 
En 1884, Joseph Guilleux est encore farinier quand il décède à 62 ans. C'est le dernier marchand meunier de cette lignée de Guilleux.

 

La fin du XIXème siècle voit petit à petit la disparition des moulins et l'appauvrissement des petits meuniers pour laisser la place aux «usines à farine» telles qu'on en voit sur la Mayenne à Chambellay, Montreuil-sur-Maine, Grez-Neuville et La Membrolle.
 
  Collection personnelle
    _______________________________
 
* Saint Thenis est un château dont dépendait deux moulins à vent, l'un ancien du XVIIIè siècle et le Moulin Neuf du début du XIXè , qui fut détruit en 1860.
D'après la base Mérimée, «sur le linteau de la porte, à l'intérieur, figure l'inscription : FE FER PAR RAPIN 1819. Gervais Rapin est effectivement l'exploitant du moulin à cette époque. On notera que Gervais Rapin est déclaré « ami » du père, à la naissance de Joséphine Guilleux en 1821, tout comme son fils, le jeune Gervais, qui était présent à la naissance de Jacques le fils de Joseph en 1824; ce dernier sera prénommé Jacques Gervais sûrement en l'honneur de leur amitié.
 
* François Granger est le descendant de meuniers de Craon, puis de Bouchamps-lès-Craon, branche de Marguerite Granger, sa cousine et mère de Joseph, mon sosa 36.
 
* Mathurin Placé est le beau-frère de ce dernier, cousin par alliance.
 
* La Haute Bergée ou selon les sources, La Haute Bergère, ce village s'étend d'un côté et de l'autre de la limite entre Combrée et Le Bourg-d'Iré.
 
* Pierre Dupont époux de Marie Guilleux est une cousine de Joseph Guilleux, mon sosa 36.
 
* Noëllet compte de nombreux moulins au XIXéme siècle dont … sur la Verzée :
 
Sources : Ad49, Célestin Port, Base Mérimée, Livre "Faim de pain" de l'association "Présence du Haut-Anjou
Tag(s) : #Moulins, #Anjou, #Challenge AZ 2016, #Guilleux, #meuniers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :